La petite histoire du marais de Laviers

Nos hôtes nous demandent souvent comment nous avons découvert cette propriété.

Dans cette page vous aurez une petite idée de l'état dans lequel nous l'avons trouvée. Il suffisait d'un peu d'imagination...

Le marais de Laviers vu d'avion

Nous envisagions de puis longtemps l'ouverture de chambres d'hôtes prés de la baie de Somme.
Nous avions même acheté un Terrain à Saint Quentin en Tourmont (Parc du Marquenterre) et nous envisagions de faire construire mais le PLU ne nous a pas permis d'obtenir les volumes que nous souhaitions offrir à nos hotes.
C'est ainsi qu'un jour, nous avons appri qu'une propriété était en vente à Grand Laviers. J'ai tout de suite réalisé quel potentiel offrait ce domaine pour notre projet.

L'entrée du marais de Laviers en 2006

Lorsque j'ai emmené Catherine, mon épouse, sur les lieux, je l'ai tout de suite prévenue qu'elle allait avoir besoin de faire fonctionner son esprit créatif (et dieu sait qu'elle n'en manque pas) pour se projeter dans l'avenir et imaginer ce que cela pouvait devenir.
L'ensemble était dans un tel état d'abandon que du Portail, on ne voyait même pas la maison

Tout le terrain (au total 1,7 Ha) était envahi par la broussaille et les ronces, un véritable bois était entrain de se former, les bâtiments se délabraient et la nature reprenait ses droits recouvrant tout ce qui avait été abandonné là. Le premier investissement fut une débrousailleuse. Un modèle « pro », ça va de soi ! Voici quelques images de la propriété telle que n'ous l'avons acheteée en 2006.

Nous avons retroussé nos manches et voici une vue de l'entrée lors du premier débroussaillage.

L'entrée de notre maison d'hôte en baie de Somme aprés un premier débrousaillage

Les broussailles avaient un gros avantage, c'est qu'elles cachaient la misère. Nous avons découvert pas mois de 15 carcasses de voitures dans un premier temps, ainsi qu'un tas d'immondices impensable. Pendant un temps nous nous sommes demandé si nous n'avions pas acheté une ancienne décharge municipale...

Parking des chambres d'hôtes

Cette photo a été prise à la place de l'actuel Parking. (C'était surement la vocation de cet endroit...)
Vu l'état des véhicules, je vous laisse imaginer la galère pour arriver à les sortir ! Mais nous avons réussi !

Chaque jour apportait son lot de petits encouragements et, petit à petit, l'ensemble des épaves fut évacué.

Enfin, on se mit à débarrasser tout ce qui restait de visible. Laine de verre, bidons en fer ou en plastique, restes d'un vieux pressoir...

On ne pourrait pas parler d'un inventaire à la Prévert, ce serait un peu osé.

Mais là encore, des jours et des jours furent nécessaires pour rendre au terrain l'aspect qu'il avait du avoir à une certaine époque.

Le moment du grand nettoyage de Printemps

Une fois le débarras terminé, il fallut passer à l'assainissement. Catherine s'y attela et utilisa quelques dizaines de litres de détergeant, un nombre invraisemblable d'éponges, de brosses, de balais...
Je ne vais pas inventorier tout le matériel de nettoyage nécessaire !
Ah si, j'allais pourtant oublier l'un des ingrédients des plus indispensable, celui dont nous avons consommé des litres... L'huile de coude !

Enfin, nous sommes passés à la phase la plus intéressante, celle des travaux d'aménagement. Là, enfin nous avons vu notre projet aboutir, nous allions ... "bientôt"... pouvoir ouvrir nos chambres d hotes.